Presse : Bruit blanc et mur aveugle

Publié par admin6039 le

Florence Carbonne et Jacques Rossello entre les murs

Florence Carbonne dans le rai de lumière de la galerie. / Photo M.B. Publié le 19/07/2019

L’association Rue des Arts poursuit sa trajectoire sur le chemin de l’art contemporain, quitte à bousculer un peu les a priori mais aussi avec l’intention non dissimulée de faire partager un univers artistique différent. Ainsi, pour l’exposition «Bruit blanc et mur aveugle», de Florence Carbonne et Jacques Rossello, le public entre dans la galerie par la grande porte, passe par un sas étanche à la lumière et se retrouve plongé dans le noir avant que l’œil ouvre grand sa pupille et découvre une installation balayée par un rai de lumière teinté de rouge. Et puis il y a le son qui englobe l’espace. Fruit d’une collaboration entre l’artiste Florence Carbonne et Jacques Rossello, musicien et ingénieur du son, ce travail artistique consiste à réaliser une situation dans le lieu particulier de la galerie.

Poursuivant le thème du son dans l’art contemporain, la Rue des Arts et son président Bernard Roy accueillaient avec plaisir, lors de l’inauguration, cette nouvelle exposition. «Dans son book, l’artiste écrit que depuis plusieurs années son travail plastique se déploie dans des installations interrogeant la notion d’espace et le rapport de l’œuvre à son public, souligne le président. Dans la galerie du Philosophe rendue obscure, le visiteur doit donc appréhender l’espace en se laissant guider par sa propre perception de se laisser conduire dans ses mouvements par une mise en espace de quelques éléments mis en tension les menant au point culminant, un mur blanc, un mur aveugle.»

Cette installation hors norme a représenté une préparation toute particulière, un aménagement spécifique qui a été rendu possible grâce à la participation active de Kristel et Philippe, artistes tous deux au Carla-Bayle, et de Nicolas, administrateur culturel de l’association. «Pénétrer dans une installation de Florence Carbonne, poursuit Bernard Roy, est une expérience que l’on n’oublie pas, et j’invite le public à vivre ce moment dans son corps, avec toutes ses capacités de perception, car aucun discours ne peut le transcrire.» Bon voyage !

L’exposition est visible jusqu’au 1er septembre, tous les jours, de 14 heures à 18 heures. Contact au 05 67 44 18 01.

LaDepeche.fr

Catégories : Expositions

0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.